Quelles opportunités des univers virtuels pour le marketing territorial ?

Publié le par Vincent Gollain

Des participants au 9eme séminaire dans les locaux de l'échangeur PME Paris Ile-de-France

Plus de 80 personnes ont assisté au 9ème séminaire économique consacré aux "opportunités offertes par les univers virtuels pour le marketing territorial", rencontre organisée dans le cadre de l'ARD Paris Ile-de-France et dans les locaux de l'échangeur PME Paris Ile-de-France. Ce séminaire était organisé en partenariat avec l'ARTESI, Cap Digital, le Comex'93 et Le Cube.

Il s'agissait, avec ce séminaire, de découvrir ces univers, de les explorer et d'apprécier les possibilités offertes aux territoires pour utiliser ces nouveaux médias afin d'y mener des actions de marketing territorial. Pour moi, il s'agissait également de faire progresser ma réflexion sur ce sujet.

Nils Aziosmanoff, Président du Cube, a débuté ce séminaire par une intervention intitulée "Second Life vs Shanghai". Il s'agissait pour lui, en s'appuyant sur une série de petits films, de montrer l'omniprésence des écrans de toutes tailles dans les villes dynamiques d'Asie (Shanghai, Tokyo ou Séoul). Outre l'utilisation de ces écrans à des fins publicitaires, Nils Aziosmanoff a expliqué que chacun d'entre eux était désormais une porte d'entrée vers les univers virtuels et plus généralement le monde numérique. La réalité de la ville se trouve "augmentée" par ces fenêtres ouvertes sur le monde numérique.

Nils Aziosmanoff a ensuite présenté la représentation virtuelle en 3D de la ville d'Issy-les-Moulineaux réalisée par le société Navidis, société également au coeur de la carte interactive éconovista.

Stéphane Singier, chargé de mission chez Cap Digital, est ensuite intervenu pour indiquer que les mondes miroirs comme Google Earth et Microsoft Virtual Earth ne sont encore qu'à leurs débuts et vont donc offrir des opportunités croissantes pour représenter des territoires dans ces univers. Stéphane Singier a également présenter le projet Terra Numérica porté par le pôle de compétitivité Cap Digital. Ce projet de R&D collaborative a pour ambition de fournir à l'Internaute, particulier ou professionnel, un  système global d'information fondé sur une base géographique 3D.

Loïc Haÿ, chargé de mission d'ARTESI, est ensuite intervenu pour présenter l'éco-système des univers virtuels et leurs dynamiques de développement en se fondant sur les travaux du Métalab. Sa présentation, extrêmement dense, a permis d'illustrer la jeunesse de ces nouveaux mondes, leurs dynamiques et de présenter quelques uns des nouveaux usages qui s'y déroulent. Loïc Haÿ a complété son intervention par une présentation in vivo sur Second Life, univers dans lequel il avait donné rendez-vous à des représentants d'autres collectivités territoriales françaises (Bretagne et pays Basque).

Conor Marcus, chargé de mission au Comex93, a par la suite présenté l'expérience de l'agence de développement de la Seine st Denis dans Second Life depuis le mois de mars 2008. Il nous a expliqué que cette expérimentation avait atteint ses objectifs, notamment par la media value générée par cette initiative. Fait intéressant, cette initiative a été réalisée en partenariat avec un acteur privé.


En guise de conclusions provisoires, je crois que l'on peut retenir plusieurs idées force de ce séminaire :
- les "mondes réels se virtualisent" tandis que les "mondes virtuels tentent de se rapprocher des mondes réels", ce double mouvement ouvrant ainsi de multiples passerelles entre réel et virtuel ;
- le métavers (méta-univers) n'existe pas et il faudra donc composer encore pendant de nombreuses années avec une galaxie d'univers virtuels, mais qui seront de plus en plus interconnectés entre eux. Du fait des coûts de développement et de fonctionnement, on peut tout de même penser que certains d'entre eux deviendront des portails d'entrée sur des univers particuliers tandis que d'autres disparaîtront ;
- poussé par les "digital natives", ces mondes virtuels vont occuper une place croissante dans la vie professionnelle tant pour s'informer, que pour échanger et faire des affaires ;
- l'Europe possède de réelles compétences scientifiques-technologiques et industrrielles, en particulier en Ile-de-France avec Cap Digital, mais les usages s'y développent beaucoup moins rapidement que dans d'autres parties du monde. Or, c'est avec l'accumulation d'expériences que l'Europe, et plus particulièrement l'Ile-de-France, pourront tirer leurs épingles du jeu ;
- il semble nécessaire d'investir dès à présent dans une réflexion approfondie sur les opportunités que l'Ile-de-France pourrait tirer des univers virtuels pour améliorer sa présence et son marketing territorial. Cette piste a d'ailleurs été retenue dans le cadre d'une action proposée dans le Plan d'Actions Attractivité en cours de finalisation ;
- enfin, au regard des premières expériences menées, les retombées à court terme d'une telle initiative relèveront surtout d'une media value, les retombées économiques ne se faisant sentir qu'à moyen terme.

Un sujet à suivre !

Vous pouvez retrouver l'intégralité de ce séminaire sur Internet (à l'exception de 5minutes du fait d'une coupure Internet) en suivant les liens suivants :

- 9ème séminaire économique, partie 1 : https://admin.na3.acrobat.com/_a183912/p39993624/
- 9ème séminaire économique, partie 2 : https://admin.na3.acrobat.com/_a183912/p48974522/


Vincent Gollain

MAJ sept 2009 : lien vers un article sur l'économie des mondes virtuels.

Publié dans Prospective

Commenter cet article