Le marketing urbain va-t-il tuer toutes les autres formes de marketing territorial ?

Publié le par Vincent Gollain

Le marketing urbain va-t-il tuer toutes les autres formes de marketing territorial ?

Au cours de la dernière décennie, la France s'est fortement urbanisée. 85% de la population française vit désormais dans une aire urbaine (Source :Insee, 2011).

Une évolution marquée par un étalement urbain et une absorption de communes dans de plus grandes unités. Les villes bénéficient d’une attractivité naturelle, croissante et cependant ce sont elles qui cultivent le mieux leur marketing territorial. Il faut dire que la compétition s'est renforcée à l'échelle européenne et internationale.

La récente loi NOTRe ne vient que renforcer cette tendance à la densification et au renforcement des pouvoirs des zones denses.

Devant cette montée en puissance de l’urbain, on peut s’interroger sur les chances de survie des autres territoires au vu de leur faible visibilité dans le concert des initiatives de marketing et de développement territorial et de moyens humains et financiers bien inférieurs.

Et pourtant chaque année, les espaces périphériques et ruraux attirent de novelles populations souhaitant "changer d'air". A titre d'illustration, ce sont 200 000 franciliens, majoritairement des trentenaires et des jeunes familles, qui choisissent de s’installer en province loin de la région-capitale. Ce phénomène concerne également d'autres grandes agglomérations françaises et européennes. Des entreprises choisissent également de s’implanter dans des territoires ruraux qui riment souvent avec une meilleure qualité de vie et des coûts moindres.

Comment les territoires ruraux peuvent-ils se positionner, avec leurs moyens, pour attirer les populations et entreprises urbaines souhaitant poursuivre leurs parcours "dans le pré" ?

Le marketing territorial peut-il s'adapter à cette échelle d'intervention très différente des grandes agglomérations ?

Ce sujet sera l'objet de la prochaine réunion du Club Marketing territorial de l'ADETEM avec le CNER. Pour imaginer le paysage du marketing territorial des espaces périphériques et ruraux, nous nous appuierons sur certains exemples, avec l'intervention de :

Jean Yves PINEAU, Directeur
Collectif Ville Campagne

Débats animés par :

Gérard LOMBARDI, Agence des Territoires d'Auvergne
Animateur du Club Marketing Territorial

Vincent GOLLAIN, IAU Ile-de-France
Président du Club Marketing Territorial

Pour s'inscrire à cette prochaine réunion du Club Marketing Territorial de l'ADETEM en association avec le CNER, c'est ici !

Commenter cet article