Lorsque Rennes s'intéresse au marketing envers ses habitants

Publié le par Vincent Gollain

viva cité 2012 logo

 

 

 

Merci à Charles-Edouard Houllier-Guibert qui nous propose un article sur le marketing de Rennes en direction de ses habitants (version mise à jour du 23 octobre 2012)

 

" La première semaine d’octobre, s’est déroulé l’événement Viva Cités organisée par la communauté d’agglomération Rennes Métropole. Cet événement est une opération portée par le service Communication de Rennes Métropole dont les objectifs sont intéressants à étudier en matière de marketing territorial.  (...) "

 

Pour lire la suite,

 

 Télécharger l'article.

Publié dans Conférence

Commenter cet article

Eric G. 11/11/2012

Très belle analyse d'un événement que j'ai visité sur une journée et pour lequel j'avais identifié les mêmes choses sans les mettre en mot d'une manière aussi construite. Merci pour cette vision
critique qui manque souvent dans le milieu de la communication publique territoriale que je fréquente depuis longtemps. J'ai aussi lu l'article sur les 3 précédents événements rennais et c'est très
intéressant (et rare) d'avoir cette perspective historique. Bravo aux chercheurs qui sont les seuls à pouvoir tenir cette posture.

Géraldine Palliat 23/12/2012

communicateure au Québec, j'adhère à cette vision qui est l'un des problèmes de la communication des territoires : la force des autres services qui sont souvent plus légitimes qu'une direction des
communications. Je me souviens d'une conférence de ce chercheur à Montréal il y a quelques années, il a une analyse très fine des situations qu'il étudie (il a travaillé sur l'image internationale
de MTL je crois me souvenir), ce qui n'est pas si fréquent car les propos sur la com' des territoires sont souvent pollués par les communicateurs qui en font la promotion au lieu d'être critique.
Je confirme donc que les chercheurs ont l'avantage de pouvoir tenir une "posture critique" mais ils ne sont pas si nombreux à travailler sur nos services, nos constructions de projets, nos
partenariats etc. C'est dommage, il y a tant à dire.