"L'Aisne it's open", acte 4

Publié le par Vincent Gollain


Le Conseil général de l'Aisne a débuté sa 4ème saison pour sa campagne de notoriété, L'Aisne it's open. Les parisiens n'y ont pas échappé, puisque d'immenses affiches sont visibles sur le boulevard périphérique de Paris depuis le 1er septembre 2008 et jusqu'au 31 octobre (Porte de la Chapelle et Porte de Saint-Ouen). Plus récemment, les affiches sont aussi visibles dans le métro parisien.

Engagée en 2005 (puisqu'on vous dit qu'en marketing "la réputation, c'est la répétition !"), cette nouvelle campagne a été confiée, selon CB News, à l'agence Horizon Bleu qui s'est engagée pour une année, reconductible pour 3 ans. Le budget confié est d'un million d'euros par an.

Après avoir utilisé précédemment des slogans anglais détournés ("fish aisne chips", "aisne joy" ou encore les leçons d'anglais du "Aisneglisch Institute") qui ont été remarqués et très commentés, ce quatrième acte se fonde sur la lettre "N" : "Changez d'R pour l'N" ou encore "l'N quand on y goûte on M".


L'objectif de cette campagne est identique à celle des Urbanophiles : séduire un public urbain qui serait intéressé à quitter la région Ile-de-France pour vivre et travailler dans l'Aisne. Le site Internet comprend d'ailleurs une rubrique "Donner de l'air à sa boîte". Bien entendu, l'Agence de Développement de l'Aisne est en bonne place sur le site afin d'offrir les services adéquats.

Vincent Gollain

Publié dans Branding

Commenter cet article

Fabien Tutoy 29/10/2008 17:33

Cette campagne de communication est une véritable imposture. "Séduire un public urbain pour vivre et travailler dans l'Aisne". Je crois rêver en lisant ces inepties dignes de publicitaires soi-disant créatifs et modernes. Il ne faut pas oublier de dire aux parisiens que l'N (je note au passage que notre département est réduit à une seule lettre !) rime avec éoliennes. J'ai quitté Paris il y a 8 ans pour vivre dans l'Aisne car je trouvais les paysages magnifiques. Il y a 2 mois, 6 éoliennes de 100 mètres de haut ont été érigées à moins de 1000 mètres de ma maison. Et là le rêve se brise !

Vincent Gollain 31/10/2008 08:35


Merci de votre commentaire et de la rime entre "N" et éoliennes.
Je crois également que votre témoignage illustre bien la nécessité pour un donneur d'ordre de bien faire coincider la promesse faite par la campagne de communication et la réalité du terrain et de
ses habitants ! Pas toujours facile d'arbitrer entre "séduction et fidélisation" !