Quitter Paris, une réalité statistique très différente des "gros titres"

Publié le par Vincent Gollain

Arrivées et départs en Île-de-France hors arrivées et départs de/vers l’étranger. Source : Insee, RGP 2017

Arrivées et départs en Île-de-France hors arrivées et départs de/vers l’étranger. Source : Insee, RGP 2017

"Quitter Paris". Alors que cette expression fait régulièrement les gros titres de la presse et d'objectifs de démarches d'attractivité, l'INSEE propose une analyse statistique signée du spécialiste reconnu Olivier Léon, que je vous recommande de lire intégralement. Que disent les chiffres ? 

Résumé de l'étude

Au cours de l’année 2017, 128 000 personnes ont déménagé de la capitale (pendant que 95 000 s’y installaient). Tout récemment, 200 000 Parisiens sont partis de leur ville à l’occasion du confinement. Quitter Paris pour la campagne, rêve de citadin, n’est pourtant pas une réalité statistique, ou du moins pas encore. C’est la réalité du marché du travail qui aujourd’hui s’impose.
Partir de Paris ne signifie pas quitter la région parisienne : 55 % des partants sont restés en Île-de-France, dont la majorité dans l’agglomération parisienne. Les autres se retrouvent pour moitié dans des grandes villes de province. Les départs pour « la campagne » sont donc minoritaires, et souvent le fait de retraités.
Les actifs en couple, avec ou sans enfant, continuent de travailler à Paris mais s’en éloignent pour un logement plus grand. Pour les habitants de l’agglomération parisienne, le même mouvement est à l’œuvre : qu’ils demeurent dans la région ou qu’ils habitent à sa périphérie, ils sont très nombreux à y travailler. À l’échelle de la région, les arrivées d’actifs sont presque aussi nombreuses que les départs.

Qu'en déduire pour le marketing territorial ? 

Le confinement a profondément marqué les français et plus particulièrement les habitants des grandes villes, dont Paris Ile-de-France. Les enquêtes montrent des envies de changements (voir par exemple), mais changer de vie n'est pas toujours évident en période de difficultés économiques. Alors que faire les marketeurs territoriaux travaillant sur le sujet de la mobilité ? Tout simplement du marketing ! Il faut commencer par faire une étude de marché. Les chiffres existent et peuvent vous aider à comprendre les marchés de la mobilité résidentielle qui vous concernent. Les témoignages qui fleurissent peuvent aussi vous aider à comprendre certains ressorts de décision. Et ensuite ? Il vous faudra trouver le bon positionnement sur les segments de marchés qui vous aurez ciblé pour enfin mettre en oeuvre les actions qui attireront l'attention sur vous, aideront à convaincre vos cibles et enfin faciliteront leur accueil (sans oublier de les retenir !). Le graphique suivant peut vous aider à mieux comprendre les enjeux à bien cerner la technique du parcours client qui sera présentée ici avec des déclinaisons pour différents marchés.

(c) L'Institut Paris Region, 2019

(c) L'Institut Paris Region, 2019

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article