Les ressorts de l'attractivité : la compétitivité territoriale 2.0

Publié le par Vincent Gollain

Les ressorts de l'attractivité : la compétitivité territoriale 2.0

L’attractivité d’un territoire se constate notamment au travers des gains de population, d'entreprises, de visiteurs ou encore d'événements professionnels (voir les 15 marchés)

Cependant, comme l'indique la dernière note de l'ADEUS, "dès lors que l’on dépasse le stade du simple constat d’une mise en concurrence renforcée et que l’on se penche sur ces agglomérations urbaines du point de vue de l’action et des stratégies des pouvoirs publics, force est de constater que la notion d’attractivité recouvre bien davantage de dimensions qu’une simple aptitude à « faire mieux que ses voisins ». Dès lors, il paraît particulièrement important de prendre en considération le caractère systémique de la capacité d’attraction d’un territoire. L’hypothèse peut être alors formulée que ce n’est pas telle ou telle fonction prise seule qui assure l’attractivité d’une agglomération, mais bel et bien la qualité du « jeu croisé » de différentes fonctions urbaines reliées entre elles".

Cette analyse rejoint l'une des conclusions de notre dernier ouvrage sur l'attractivité et la compétitivité des territoires paru chez CNER Editions : pour être attractif, il est nécessaire de construire une offre territoriale compétitive, mais aussi de maîtriser l'art du marketing territorial.

Pour Strasbourg, l'ADEUS montre que les points forts de son profil compétitif sont la recherche publique et la qualité des transports. Le point majeur à améliorer de son profil est son taux de chômage. Une analyse qui sera détaillé lors de son prochain colloque du 11 juin.

Commenter cet article